Julie


Après le succès de la série Skins - qui n'est plus à présenter - j'avais la conviction que le tournant dramatique pris par la chaîne anglaise E4 marquait un point de non-retour et qu'il ne fallait désormais plus espérer de séries comiques, ou du moins que le comique ne serait utilisé que pour donner plus de poids encore au tragique. Heureusement, je me suis vite rendue compte que j'avais sous-estimé la capacité de la chaîne à se renouveler, et ce en découvrant la série "the inbeetwenners".

The inbetweeners est une série comique et déjantée comme on les aime.

Tout est raconté à travers les yeux de Will, un looser dont les parents viennent de divorcer , et qui veut absolument se faire des amis dans son nouveau lycée. Le problème, c'est que passer d'un établissement privé à un lycée public n'est pas chose facile, surtout quand on est un intello à lunettes pas vraiment beau gosse et qu'on ne sait pas comment se comporter face à la jungle des lycéens, et plus particulièrement des lycéennes.
A force de persévérance, Will parvient à intégrer un groupe d'amis, mais se rend compte finalement que ceux-ci sont autant lossers que lui, voire plus... Leur principal centre de préoccupations et d'intérêts est la gente féminine; ce qui est plutôt bien résumé par cette phrase : "basically, they just want to get laid" ;-).

Will


Simon est le romantique de la bande. Amoureux depuis toujours de Carlie, une de ses amies d'enfance, il ne cesse d'espérer que cet amour sera un jour réciproque. Malheureusement, Carlie préfère les beaux rugbymen à la hupette (digne de Tintin !) de son ami...


Carlie et Simon


Jay est le pervers de la bande, spécialiste en blagues salaces. C'est aussi un mythomane confirmé qui s'invente de nombreuses aventures et nuits torrides pour épater ses amis. Seulement, ceux-ci ne sont pas dupes, ce qui rend Jay un peu pathétique. En réalité, si Jay invente toutes ces histoires, c'est pour s'opposer d'une certaine à son père dont le comportement à son égard est horrible (remarques blessantes , etc.). Il s'agit du seul personnage potentiellement dramatique de la série.

Jay


Pour finir, Neil est l'idiot de service, celui qui prend tout au premier degré. Il représente en quelque sorte la "stupidocratie", ou comme dit le titre du site en question : "un monde de paix cérébrale" ^^. Bizarrement, Neil est celui qui y arrive le mieux avec les filles peut-être parce qu'il se pose beaucoup moins de questions que ses amis. Il s'agit de l'opposé de Jay : en effet, on ne connaît pas vraiment son arrière-plan affectif; sa seule présence comique suffit. C'est peut-être pour cela qu'il attire les professeurs pédophiles... ^^

Neil

Vidéo présentant rapidement les différents protagonistes :

Vous l'aurez compris, la série tourne autour des relations (catastrophiques) entre la bande de potes et les filles du lycée. Les situations et les dialogues sont donc très souvent trash, s'apparentant bien entendu à la farce (le comique de situation est particulièrement présent). En tentant de jouer les gros durs, les héros perdent à chaque fois toute crédibilité, comme si une fatalité les empêchait de mener à bien leurs plans. Quelle est cette fatalité ? L'aura des garçons populaires, qui leur volent la vedette ? Ou bien tout simplement leur façon si naïve et à la fois si attachante de se comporter, qui gâche tout quelque soit leur tentative pour s'en sortir ? Quoiqu'il en soit, le spectateur sait d'avance qu'il ne peut y avoir d'issue pour ces personnages : mais à l'inverse d'une tragédie, le comique réside dans la façon toujours surprenante dont les garçons gagnent leur "ticket back to loserville".

Tout ceci, mené tambour battant par des comédiens très talentueux et une bande-son énergique ("Gone up in flames" des Morning Runner), dépasse de loin de petits films  sans réels intérêts comme Supergrave. En effet, sous ses dehors un peu "rugueux" et trash, la série traite en arrière-plan de véritables problèmes, comme de la différence entre écoles publiques et écoles privées (un sujet qui reste encore un peu tabou en France !), mais aussi de l'amitié et du rôle des parents. D'ailleurs, la série a même reçu une récompense au British Academy Television Awards, et une version américaine est en cours de préparation : un succès bien mérité !

En bref, il s'agit d'une série drôlissime et absolument pas prise de tête à regarder en cas de morosité passagère ou tout simplement pour s'évader un peu.


Un extrait de la série :



le pub - The Inbetweeners
envoyé par fry777. - Cliquez pour voir plus de vidéos marrantes.



Ça aurait été particulièrement cruel de vous quitter là sans vous donner le lien pour regarder les épisodes en streaming. Le voici : =D  (cliquez sur le smiley).


Bonne soirée :)
Libellés : , , edit post
0 Responses

Enregistrer un commentaire

A la pêche aux idées farfelues... !