Julie



LA FACE CACHÉE DE ROSA PARKS

Il y a 55 ans, jour pour jour, Rosa Parks refusait de céder sa place à un homme blanc dans un bus de Montgomery (Alabama). Ce refus, les livres d'histoire l'ont souvent traduit comme de la fatigue : après une journée de travail harassante, Rosa Parks, par lassitude, refusa de se lever de son siège. Un  acte presque posé au hasard, donc, et sans réelle revendication, ce qui peut paraître surprenant au vu de l'amplitude que prit le mouvement anti-ségrégation aux États-Unis par la suite.
Seulement, l'histoire a bien romancé les évènements, transformant ainsi l'actrice principale en victime alors qu'il n'en est rien. Si Rosa Parks était cette fois-ci éreintée, c'était plus du traitement infligé quotidiennement aux Noirs que de sa propre journée. Dans un contexte de tension permanente, intensifié par les lois Jim Crow, il fallait que quelqu'un pose publiquement un acte de résistance : et cette personne, ce fut elle. "Je savais pertinemment qu'il était possible que je sois maltraitée par la suite, mais l'opportunité de faire ce que j'avais demandé à d'autres de réaliser m'avait été donnée; je me devais de la saisir.", affirme-t-elle dans son livre Quiet Strength, publié en 1994. 
La suite de l'histoire, vous la connaissez sûrement : l'arrestation de Rosa Parks a soulevé une grand élan de solidarité dans la communauté noire de Montgomery, et Martin Luther King, suivi de beaucoup d'autres, a lancé le boycott des bus de la ville. Ce grand mouvement a fini par porter ses fruits puisque Rosa Parks a été acquittée et la ségrégation de rigueur s'est finalement écroulée.





Encore aujourd'hui nous avons tendance à caricaturer cette époque : d'un côté, les méchants Blancs, de l'autre, les gentils Noirs luttant pour conserver leur dignité. Il n'en était rien, le monde était aussi complexe qu'aujourd'hui, sans barrière facile, réductrice mais si rassurante entre le bien et le mal. Dans ce cadre, Rosa Parks nous donne une belle leçon de vie, qu'il ne faut pas oublier : apprenons à nous engager, à poser consciemment et sereinement les gestes qui nous rendrons plus libres.


Le courage de Rosa Parks témoigne que chacun d'entre nous a la capacité de contribuer à édifier un monde meilleur et plus juste. Cette femme restera, pour tous les antiracistes, un bel exemple de simplicité, de ténacité et de fraternité. SOS Racisme, le 25 octobre 2005.
0 Responses

Enregistrer un commentaire

A la pêche aux idées farfelues... !