Julie
la colo est en cours... ^^

En ce moment, je suis attirée par les blogs culinaires végétaliens ou sans gluten.
Avec leurs belles photos et leurs recettes appétissantes, ils m'ont donné envie de découvrir de nouveaux légumes. Des légumes d'automne, des légumes d'antan... comme la courge butternut ou le panais.







Samedi soir, je me suis lancée dans l'aventure et j'ai tenté deux recettes inspirées de celles qu'on peut trouver sur le site "cuisine saine" ou sur le blog Cléa cuisine.
Les voici :

en entrée...
TERRINE A LA COURGE BUTTERNUT ET AUX PIGNONS



Ingrédients :

- 400g de courge en purée (la couper, l'éplucher, la cuire à l'étouffée et la réduire en purée)
- 10 cl de lait (de soja ou de vache)
- 3 oeufs
- 50g de farine T80 ou de la farine blanche
- 2 cuillère à soupe d'huile d'olive
- 90g de gruyère râpé
- 2 cuillères à soupe de crème liquide (de soja ou "normale")
- 15 olives vertes coupées en rondelles (facultatif)
- 30g de pignons

Préparation :

Préchauffer le four à 200°

Mélanger la courge en purée avec le lait.
Dans un autre bol, mélanger les oeufs, la farine, l'huile, le gruyère râpé et la crème. Ajouter la purée de courge butternut en mélangeant. Ajouter pour finir les olives en rondelles
Beurrer et fariner un moule à cake. Mettre au fond du moule 2/3 des pignons. Verser la pâte. Recouvrir avec le reste des pignons.
Enfourner la terrine pour une cuisson de 45 minutes.
Laisser refroidir et servir bien froid.

en plat...
GRATIN DE PANAIS



Ingrédients :

- 600g de racines de panais
- 300g de pommes de terre
- 150g de gruyère rapé
- 100g de lardons fumés
- 2 gousses d'ail
- du cumin
- sel et poivre
- 150g de crème fraiche
- 30g de chapelure
- 20g de beurre

Préparation :

Préchauffer le four à 180°.

Laver soigneusement les pommes de terre et les panais. Les éplucher et les couper en rondelles épaisses.
Faire cuire les pommes de terre dans de l'eau salée, au bout de 10 minutes ajouter les panais.
Laisser cuire 5 minutes puis égoutter le tout.
Dans un plat à gratin, disposer les rondelles de panais et de pommes de terre en couches alternées. 
Ajouter entre les couches du cumin, un peu de fromage râpé, l'ail écrasé et les lardons. Saler et poivrer.
Napper de crème, recouvrir du reste de fromage puis de chapelure, parsemer la surface de morceaux de beurre et faire gratiner 20 à 30 minutes au four.


Miaaaam !! 
Ces deux recettes ont été une vraie réussite (en tout cas à mes yeux ;) ).
La courge butternut a un goût sucré très agréable, qui apporte un parfum tout à fait particulier à la terrine. Cette courge est aussi très souvent utilisée en velouté, ou bien en dessert (son côté sucré se marie à merveille avec le chocolat).
Le panais, quant à lui, est un légume au goût tout doux, qu'on a tendance à oublier. Pourtant, il est parfait en gratin ou en purée !

Non non, cet article n'est pas sponsorisé par Naturalia ou un magasin bio ;).  J''ai tout simplement été ravie de découvrir de nouveaux légumes qui, je le sens, vont revenir régulièrement dans mes bentos du midi... !


Et pour finir, une petite vidéo que j'ai faite entre deux révisions :).




Poutous caribous !!

PS : je ne possède aucun droit concernant les photos. Je n'en suis pas l'auteur.
Julie
Yalalaïayou ! Qu'est-ce que c'est chouette de réviser ses partiels !
Je passe tellement de temps à bosser que j'en oublie que j'ai un blog, tiens !

Après quelques jours d'absence, me revoilà donc :). Je souhaitais revenir sur un évènement qui m'a tout particulièrement marquée, et ce en vous faisant découvrir un petit article que j'ai lu récemment dans le Point.



Frédéric Mitterrand et Céline
La "brute" et l'antisémite

Peut-on différencier un homme de son oeuvre ?

"Peut-on être un bon ministre de la Culture quand on a eu une "Mauvaise vie" ? Sans doute. Le livre qu'il consacra à ses amours tariféees a touché. Ce Mitterrand-là a le remords talentueux. D'ailleurs, le penchant n'est pas un crime - les jeunes gens n'ont-ils pas le droit de se vendre ? Peut-on alors être un grand cinéaste quand on a, comme Polanski, violé une gamine il y a trente ans ? Évidemment. Frédéric Mitterrand a donc tonné que "la place d'un ministre de la Culture est de défendre les artistes de France" (au fait, pourquoi seulement de France?...). Il faudrait voir à ne pas confondre l'homme et l'oeuvre. En bonne logique, on pourra donc cette année célébrer la mort, en 1961, d'un immense écrivain, Céline, même s'il a longtemps éructé un antisémitisme hystérique. Eh bien, non. On absout les écarts sexuels (même condamnables), mais on ne saurait pactiser avec l'antisémitisme. Céline pensait comme un monstre, tant pis s'il écrivait comme un génie. Alors, rétropédalage : le bon ministre bannit Céline du catalogue des "célébrations annuelles". On respire. Lui aussi : quand il déplorait qu'on désigne sa chère Tunisie comme une "dictature univoque", il taisait que Ben Ali lui en avait offert le passeport. Il a dû reprendre sa plume. Pour exprimer ses "regrets". C'est ce qu'il fait le mieux."

Émilie Lanez, le Point


des poutous !

Julie


Plus on avance dans l'année et plus mon choix d'orientation se confirme : oui, les études de psychologie sont passionnantes et sont d'autant plus intéressantes qu'elles correspondent à mes questionnements, à mes aspirations. Je suis donc fière de faire psychologie, et surtout fière d'avoir résisté aux nombreuses personnes qui insistaient pour que j'aille en prépa, niant complètement mon choix d'orientation.
Les questionnements qui m'ont toujours hantée et auxquels la psychologie tente d'apporter une réponse, sont : quelle est la part de l'inné et de l'acquis ? en quoi la culture nous influence-t-elle et en quoi influençons-nous la culture ? pourquoi sommes-nous à la fois si différents et si semblables ? de quoi le moi est-il constitué et qu'est-ce qui fait son unicité ? où se trouve le point de jonction entre corps et esprit ?

C'est donc sans grande surprise que j'ai été passionnée par le dernier cours de psychologie anglophone traitant de la compassion. En effet, qu'est-ce que la compassion ? Il semble tout d'abord que ce soit une émotion très personnelle, dont l'expérience ne peut être qu'individuelle et même spécifique de certaines personnes, plus ou moins capables de ressentir ce sentiment. Or, il a été scientifiquement prouvé que la compassion est un sentiment inscrit dans nos corps, dans nos cerveaux, et qui est donc commun à tous les hommes en tant qu'empreinte biologique. Comment se fait-il dans ce cas que certaines personnes soient plus aptes à la compassion que d'autres ? Que nous apportent ce sentiment physiquement et mentalement ?

Avant de tenter de répondre à ces questions, peut-être que vous vous demandez à quelle branche de la psychologie l'étude de la compassion appartient-elle. Elle appartient à branche toute nouvelle, toute jeune, baptisée "psychologie positive", qui étend son domaine d'investigation au bonheur humain ainsi qu'aux sentiments positifs qui accompagnent les personnes dans leur épanouissement personnel.
(bizarrement, c'est une branche qui m'attire pas mal ;) )

Mais revenons à nos caribous.

Des études en psychologie cognitive et en psychologie biologique ont montré que, lorsqu'on ressent de la compassion, une zone particulière du cerveau s'active. Cette même zone entre en marche lorsqu'une mère regarde son enfant, ou bien lorsque des personnes lambdas regardent des photos de personnes ayant souffert. Cette zone est associée au sentiment de la compassion (sentiment que l'on préfère nommer "empathie" en psychologie).

BOOOOOOUUUUUUUUHHH !!!!

Je vous ai fait peur ? Oui ?
Ahah, ça veut dire qu'en ce moment même vous êtes en état de stress. Faisons un point sur ce qui se passe dans votre organisme. Humhum. Le rythme de votre coeur s'accroît, ce qui augmente la circulation du sang. Votre respiration s'accélère. Ok. On voit bien qu'avant toute rationalisation du vécu immédiat, de l'évènement venant de se produire , le corps a agi en premier, avant même le cerveau.

Que se passe-t-il dans notre organisme lorsqu'on éprouve de la compassion ?
Eh bien, à peu près l'inverse que lorsqu'on éprouve du stress. En effet, le rythme cardiaque diminue, et le corps produit une hormone appelée oxytocine. Cette hormone, qui entraîne une impression de bien-être, est très importante : on a constaté que les personnes la produisant en grande quantité avaient moins de chance de tomber malade, vivaient en général plus vieux, et avaient plus de chance de guérir de maladie si jamais ils tombaient malades. D'où l'intérêt d'être une personne positive :).
Dans le cadre de la compassion, tout passe par le cerveau : la zone du cerveau consacrée à l'empathie se met en marche, donnant l'ordre au corps de se calmer, de se mettre au repos, tandis que l'hypophyse sécrète l'oxytocine. Et cela est valable pour tous les êtres humains, quelque soit leur culture.

Ce qui varie ensuite, c'est la fréquence de mise en route de ce processus de "bien-être". Celle -ci change selon les personnes, selon leur vécu, selon de nombreuses choses en fait. C'est ce qui nous rend unique :). Et ça, c'est vraiment super méga intéressant ;).

Sources :
Article en anglais sur la compassion


Des p'tits poutous

Julie

PS : si j'ai dit des bêtises sur le fonctionnement de notre organisme et que vous vous y connaissez bien, n'hésitez pas à m'en faire part :).
Julie

"C'est simplement parce que tu t'intéresses davantage à l'actualité qu'avant", auraient dit mes parents. Peut-être, mais ce n'est pas la principale raison : selon moi, nous vivons actuellement une période tout à fait particulière, qui porte vraiment à réflexion, et il faut savoir y être attentif.

Voici quelques informations qui m'ont pas mal marquées ces derniers temps :

reuters photo

1) Commençons par l'actualité en TUNISIE, qui est l'actualité phare du moment (quoiqu'elle tend ces derniers jours à être moins médiatisée au profit de l'enlèvement ayant eu lieu à Pornic).


Je me suis beaucoup renseignée sur cette révolution, mais comme je ne suis pas experte j'ai quand même peur de dire des bêtises. J'ai néanmoins essayé d'écrire un article sur le sujet, mais soit je tombais dans le coté "donneur de leçons", soit je tombais dans le côté "vive la démocratie !! vive les tunisiens !!", soit j'étais prise d'une mollesse étrange ;). C'est ainsi que je me suis rendue compte que, pour un tel sujet, il vaut mieux présenter divers documents ""objectifs"" afin que chacun se fasse sa propre opinion, si elle n'est pas déjà faite :).

En tout cas, je suis du côté de l'espoir, bien que cette révolution prenne parfois une allure "chasse aux sorcières "que je n'aime pas trop car je juge comme trop irrationnelle.

Est-il possible qu'il y ait un effet domino ?

"Le monde arabe se trouve-t-il à la veille d'un tournant comparable à celui de 1989, qui a balayé les régimes sclérosés du bloc soviétique ? C'est ce qu'on peut espérer aujourd'hui. Car la chute du dictateur tunisien Ben Ali est un évènement historique : après des décennies d'oppression, les citoyens d'un pays arabe ont pour la première fois réussi à chasser par leurs propres moyens un tyran détesté. Les autocrates de la région ont de bonnes raisons de craindre un effet domino car leurs peuples souffrent des mêmes problèmes que les Tunisiens. En Algérie, en Jordanie, en Egypte et au Yémen, la Tunisie fait aujourd'hui figure d'exemple. C'est un tournant historique qui rappelle la chute du Mur", écrit Die Tageszeitung.

Que penser de la position si ambigue de la France ?

La France a toujours eu des relations privilégiées avec la Tunisie de Ben Ali : relations économiques, liens très étroits avec la famille du dictateur, récompenses, etc.
La transition après-Ben Ali est donc difficile à assumer pour les dirigeants français qui, selon le principe de non-ingérence, n'ont rien dit dans un premier temps. La ministre Alliot-Marie s'est ensuite exprimée sur le sujet, provoquant un tollé général.

Que ses paroles aient été mal interprétées ou non, le résultat est le même, faisant naître une certaine colère contre la position du gouvernement français. Et pour cela, la France ne fait pas partie des soutiens de la Tunisie à un moment clé où celle-ci avait besoin d'appuis. C'est vraiment très dommage.







2) Marine le Pen succède à son père et perpétue la dynastie politique familiale.






Dans une démocratie, il faut des extrémismes pour conserver un certain équilibre. J'espère cependant qu'aucun parti de ce genre ne remportera la course de 2012. Ce serait laisser une voie royale aux intolérances et au non-respect d'autrui. Car derrière le discours de chaque parti extrêmiste se trouve une peur viscérale de la différence aussi bien raciale que culturelle, et je trouve ça triste car c'est de cette différence que naît la richesse de la France. 

Oui, il est certain que Marine le Pen a plus de charisme que son père et apporte une touche plus dynamique au FN. Après avoir vécu si longtemps dans l'ombre de Jean-Marie le Pen, sa nomination tant attendue est une gloire personnelle; c'est pourquoi elle va tout faire pour transformer le FN en machine de guerre pour 2012, afin de dépasser l'image oppressante de son père et la succession d'échecs présidentiels que ce dernier a connu.
Mais attention. Son ton ferme et énergique et ses idées tranchées ne sont que de la poudre aux yeux pour se faire respecter et admirer. Il n'y a rien d'autre derrière. Tout se joue donc sur l'ignorance des votants...

Ce n'est que mon avis personnel, libre à vous de poster le vôtre, dans un respect mutuel de l'avis de chacun.




3) La fusillade de TUCSON,  en Arizona


La fusillade de Tuscon, qui a fauché six vies et a fait de nombreux blessés, a endeuillé l'Amérique. Rapidement, un débat politique a émergé, et certains personnages influents (sénateurs, etc.) ont accusé le Tea Party d'avoir entraîné inconsciemment ce carnage. Mais ce qui m'étonne, c'est qu'aucun débat sur la remise en cause du second amendement de la Constitution n'ait eu lieu...
Car au-delà de la cause de la fusillade et de son aspect politique ou non, c'est bien cette législation et surtout ce culte des armes à feu qu'on devrait interroger. (thème que je vais bientôt aborder dans un nouvel article).

"la vérité est que personne ne peut savoir exactement ce qui a provoqué ce terrible attentat. Personne ne peut savoir exactement ce qui aurait pu empêcher ces tirs, ou quelles pensées se tapissaient dans les recoins de l'âme d'un homme violent." Barack Obama

De nombreux hommages poignants ont été rendus aux victimes du drame :

Hommage du Présidant Obama 





4) L'ENLÈVEMENT DE LAETITIA à Pornic

Il s'agit de l'évènement qui monopolise l'attention, et ce à juste titre, puisqu'il soulève de nombreuses questions (qui je l'espère, seront prises en compte dans l'avenir).
Tout d'abord, comment se fait-il qu'un homme ayant déjà été condamné 15 fois (braquages, vols, viol, etc.) ne soit pas derrière les barreaux, ou du moins ne soit pas suivi de près ?  je trouve cela étonnant, d'autant plus que l'individu en question était considéré comme "dangereux"...

Cela prouve qu'il y a un réel disfonctionnement dans les jugements rendus par les tribunaux : au lieu de se soucier véritablement d'être justes et impartiaux dans leurs décisions, ceux-ci doivent aussi envisager le fait que les prisons sont remplies, et se voient ainsi dans l'obligation de réduire les peines, ou alors d'aménager ce fameux sursis avec mise à l'épreuve.

Or, la mise à l'épreuve doit être dosée et ne peut pas être attribuée à n'importe qui. Les individus "détectés" comme les moins stables ne devraient pas être dans la possibilité de bénéficier de cette mesure, surtout s'ils ne sont pas suffisamment suivis. J'imagine que c'est aussi ce qu'affirme la théorie, mais la pratique prouve le contraire : telle est la triste vérité révélée par l'enlèvement de Laetitia.

Une chose m'ennuie cependant : dans cette affaire qui suscite de nombreux élans passionnels (des personnes vont même jusqu'à évoquer la légitimité de la torture ou de la peine de mort dans de tels cas, c'est dire...), la présomption d'innocence ne me semble pas respectée. Bien qu'apparemment de nombreux éléments portent à croire que l'homme appréhendé serait bien l'auteur du viol et de l'enlèvement, je suis très étonnée qu'on puisse aisément trouver le nom de cet homme sur internet ainsi que -pratiquement- son adresse... Si cet homme est considéré comme "dangereux", n'est-ce pas avant tout notre devoir de faire preuve d'humanité et de préserver ses droits tant qu'il n'aura pas été jugé coupable ?






Il y a encore tellement de choses dont j'aimerais parler, ou alors parler mieux des choses que j'ai déjà évoquées. Tant pis... j'ai encore du travail qui m'attend. Bonne soirée les petits caribous !!
Julie




Le ViolonGay - Violoneux Daniel
envoyé par tehofil. - Futurs lauréats du Sundance.



Meurtres, Chasse et Schyzophrénie
envoyé par Rafgeekk. - Gag, sketch et parodie humouristique en video.

Petit panel de vidéos marquantes... ;)

"Et pis d'abord je suis allé dans la chambre fermée la chaussure trouée ils avaient laissé quelque chose du XVIIIème siècle ils avaient peut-être laissé quelque chose la forêt puis le sentier puis la clairière j'entends un cliquetis dans mon oreille oh un aigle sur mon bras c'est une blague un complot la rivière le lavabo", dixit les "cas concrets" du cours de psychanalyse.

Le monde est fou.


«Certaines ont défini l'homme comme "un animal qui rit". Ils pourraient aussi le définir justement comme un animal dont on rit.»
Henri Bergson ] - Le rire 
Julie

- Je me suis fait attaquée violemment par un poulet. En voulant me défendre, je me suis fait mal aux mains, du coup j'ai du mal à taper sur mon clavier.
- Une vache est entrée dans mon salon. J'ai passé ces derniers jours à réparer les dégâts faits par ce bougre d'animal.
- Mes doigts sont restés coincés dans une boule de bowling..
- Ma greffe capillaire a mal tourné, et cela représente un réel handicap que je dois surmonter tous les jours, et qui m'a donc empêché de publier de nouveaux articles


Parmi ces propositions, à toi de trouver laquelle est vraie !

Tu en trouves aucune parce que tu as l'impression qu'elles sont toutes bidons ?
Tu as raison. En fait, je suis une grosse nullasse...
Si je n'ai pas posté d'articles ces derniers temps, malgré vos nombreuses visites et commentaires qui font vraiment chaud au coeur, c'est pour une raison toute simple : chaque vidéo que j'ai réalisée, chaque texte que j'ai commencé à écrire puait du bec. Mais vraiment. Limite tu t'évanouis en voyant le résultat.

Vous ne me croyez toujours pas ? C'est le coup de tout à l'heure qui vous a refroidit ?
Que je vous comprends, bande de garnements. Allez, cette fois-ci j'ai une preuve :




Ah ! Voilà une autre résolution : arrêter de poster des articles qui ne font que parler de moi. Bien sûr qu'un blog c'est fait pour parler de soi, mais pas seulement ;). Je vous mijote donc plusieurs articles sur l'actualité et différentes petites choses du genre :)

Bisous et bonne soirée !
Ou plutôt bonne nuit
je ferai mieux d'y aller moi :s
Tchou !
Julie


Bien sûr, je ne l'ai pas fait hein... ;).

Mais franchement, ça fait bizarre. Pendant mes années lycée, la bibliothèque était pratiquement un lieu de culte, un lieu à part dans lequel aucun bruit n'était toléré. Les livres, trésors chéris de la bibliothécaire, devaient être manipulées avec soin, et si par hasard un s'égarait, c'était le drame. La gardienne du temple, Mlle Pbiiiiiiiiiiiiiiiiiiiip, effrayait tous les élèves qui osaient s'aventurer dans sa demeure. Pour ma part, elle m'a toujours un peu fait penser à Gollum... c'est-à-dire une personne avec laquelle on ne pouvait avoir aucune conversation un tant soit peu normale, hormis en ayant un Bailly (le plus précieux d'entre tous les précieux) entre les mains. Oui, le Bailly faisait tout : en avoir un sur sa table, c'était être immunisé, et même recevoir des sourires. Du coup, beaucoup avaient noté l'astuce... ;)

Toujours est-il qu'aujourd'hui, je suis retournée à la bibliothèque en question.
Et personne ne surveillait.
Pas de gollum en vue.

Par habitude, j'ai quand même pris un Bailly.

Damned.
Que faire ?

PS : dans la vidéo, je voulais dire "le silence était de mise", pas "de règle"
PS 2 : bien sûr, tout ceci est un peu exagéré. Un peu.

Des poutous, bande de caribous !
Julie

Hier soir, rien que pour vous, je me suis plongée au fin fond des abysses cybernétiques, là où ne règne que le chaos, le langage sms et l'indélicatesse. Sous le pseudo de djOulaii3 et avec pour seule arme ma naïveté et ma candeur (et un peu d'humour aussi, hein ;) ), je me suis aventurée jusqu'aux frontières de cette terre hostile où règne une faune étonnante, au sens de l'accueil un peu douteux. 
Quelle est cette terre étrange, quel est ce pays maudit ?
Il s'agit (pour ceux qui n'auraient pas deviné ;) ) du chat d'NRJ.

Voici quelques unes des conversations que j'ai échangées avec les natifs de cette région peu connue.
Instructif.

Notez la finesse du pseudo, suivi d'un improbable "bonne annee" en dessous








Aah  j'aime bien cette catégorie-là.
Ou comment déstabiliser son adversaire, sans même lui faire de croche-patte ;)

Mention spéciale pour le pseudo, TonMaître, choisi avec soin, qui fait écho à la phrase pleine d'une poésie charmante : "Viens à moi, soumise !"


















Paf ! la phrase qui tue. Le mot qui claque. 
Que répondre ? L'interlocuteur se trouve tout émoustillé.
Le mieux c'est quand on ne poste que ce message et 
qu'on laisse le destinataire tergiverser..

















suite de la conversation, qui n'apparaît malheureusement pas ici :

discreti67 : Les cookies, c'est bon avec du lait :p
djOulaii3 : Je n'aime pas le lait non plus.
discreti67 : Bonne soirée 8)












Bonne soirée !
Julie


Vous vous souvenez de notre brunch à l'hôtel Prince de Galles ? Mais oui, le gigantesque buffet des entrées, les macarons, Arielle Dombasle... Non, vous ne voyez pas ? Mais comment ça, comment avez-vous pu oublier ?
Pour la peine, je vais m'émoustiller les papilles toute seule aujourd'hui, non mais !

Où vais-je aller ? Tiens, j'ai une idée ! Quand je rentre des cours, je passe de temps en temps devant l'hôtel Lutetia. Son allure imposante mais élégante m'a toujours intriguée. Pourquoi ne pas tester le brunch dans cet hôtel ? Deux-trois clics sur internet, et ça y est, je suis maintenant certaine que ce palace propose aussi un brunch. Quelle chance !

Ni une ni deux, je me mets en route vers le 6e arrondissement (en ayant préalablement réservé, hein, parce que je ne m'appelle pas Lady Gaga et qu'en conséquent, je ne peux pas me taper l'incruste dans un hôtel comme ça ;) ).
Arrivée sur place, je me dis que quand même, ça a de la gueule, et que j'ai une chance folle de pouvoir déjeuner là ce midi. L'hôtel est vraiment beau, aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur. Je sens bien que la barre est haute, et j'espère donc que le brunch va être à la hauteur du cadre.

Je me dirige vers la salle où se déroule le déjeuner, admirant au passage les magnifiques vitrines d'exposition ornant les couloirs. Une fois sur place, l'accueil est très chaleureux : on me demande mon nom, on me débarrasse de mon manteau puis on va m'installer à ma table, tout cela avec le sourire. Je regarde autour de moi et sens poindre une petite déception : la salle est plutôt petite et pourtant il y a vraiment beaucoup de tables. Je crois bien qu'il ne faudra pas compter sur l'espace et l'intimité du brunch de l'hôtel Prince de Galles... D'ailleurs, rien que pour accéder aux différents buffet, il faut slalomer entre les tables et les chaises, ce qui est assez épique ! Mais me voilà arrivée au premier buffet : celui des entrées. Les assiettes sont bien présentées, ce qui est un bon point, mais franchement, il n'y a pas beaucoup de choix.. Je prends donc chacune des entrées présentées.



Assiette d'entrée composée de :
1ère "coupelle", celle de gauche : coquille st jacques sur lit de quinoa et figues et rubans de pommes
Plutôt pas mal, mais bon il faut aimer le quinoa :)
2ème "coupelle" : poulet tendre aux cacahuètes et feuilles de menthe
j'ai préféré cette entrée-là

Et enfin, quelques tranches de saucissons.

Je vous promets, il n'y avait que ce choix d'entrées là, ce qui est vraiment juste ! Mais d'un autre côté,  la qualité était correcte donc ça rattrape un peu.
D'ailleurs, une particularité attire soudain mon attention : derrière moi, au buffet pain / céréales / boissons se trouve de nombreuses bouteilles en verre, toutes ornées d'une étiquette différente. Intriguée, je m'approche, et découvre qu'il s'agit de nombreuses bouteilles de lait : "lait de vache", "lait de riz", "lait de soja", ... Ça y est, je comprends mieux la présence du quinoa dans les entrées ! Le brunch que je suis en train de manger est en réalité un brunch bio !
D'accord. Ceci explique un peu cela. Mais ce n'est pas non plus une raison pour restreindre le choix, n'est-ce pas ?

Bon, je me dirige ensuite vers les plats. Le choix est lui aussi vraiment restreint... Je me rabats donc sur des oeufs brouillés et quelques morceaux de lard grillé (qui étaient vraiment bons, certes).
Les assiettes commencent à s'empiler sur ma table, sans que les serveurs viennent débarrasser. J'appelle donc le premier serveur qui passe, et en profite pour commander un chocolat chaud qui, j'y compte bien, accompagnera parfaitement les viennoiseries et les petites gourmandises du dessert. Je suis ravie, les personnes chargées du service sont toujours aussi souriantes et serviables. L'atmosphère, quant à elle, est moins chic qu'à l'hôtel Prince de Galles, mais elle est plus conviviale, ce qui est une bonne chose. Néanmoins, le bruit commence à être un peu dérangeant : la densité des personnes et la musique de fond un peu forte n'arrange pas les choses. 

Ça y est, mon chocolat chaud arrive !
Sa texture onctueuse me rappelle un chocolat chaud bu dans un petit café rue de Varennes, et dont j'ai gardé un très bon souvenir.
Je goûte, et les souvenirs de cette journée rue de Varennes reviennent. Oui, c'est le même chocolat, le même chocolat chaud Valrhona si délicieux. J'oublie soudain tout le bruit qui m'entoure : plus rien d'autre ne compte que la dégustation de ce chocolat, porteur de souvenirs et de gourmandise.


Mais une fois le chocolat dégusté, il faut bien que je sorte de ma bulle. Je me dirige donc vers le buffet des desserts et des viennoiseries - buffet phare du brunch. Cette fois-ci, il y a beaucoup de choix, et tout est très attirant. Cependant, chaque gâteau, chaque macaron, chaque mousse a l'air énorme.


Je choisi donc un macaron (vous avez vu comment ils sont énormes !) et une religieuse au chocolat.

 


Je suis un peu déçue : la quantité n'est pas bien proportionnée et la qualité n'est pas vraiment là..
Dommage !


Pour conclure, je mettrai donc la note de  5 / 10 à ce brunch. J'ai été un peu déçue par le rapport qualité-prix : en effet, le lieu ne fait pas tout, mais le choix et la qualité des aliments est aussi à mettre en valeur. De plus, il y avait trop de monde dans un petit espace, ce qui n'était pas forcément agréable. Enfin, les quantités des aliments étaient inadaptées et les buffets étaient très inégaux. Voilà ce qui a vraiment manqué lors de ce brunch.
Néanmoins, on peut tout de même saluer l'accueil du personnel, qui était très souriant et agréable :).

Le brunch de l'hôtel Prince de Galles reste donc toujours en tête de la compétition des brunchs !


Finalement, vous voyez, vous n'avez pas manqué grand chose ;). Mais la prochaine fois, promis je vous emmène avec moi !



PS 1 : Désolée pour la qualité des photos, qui n'est vraiment pas top.. Je n'utilisais pas le même appareil photo que d'habitude.


Hôtel Lutetia
75, boulevard Raspail,
75006 Paris
plus d'infos ici
Julie

Et hop, une nouvelle vidéo ! Il s'agit d'une reprise totalement improvisée de Sweet Pea, d'Amos Lee, jouée au ukulélé ! (je commence à faire des progrès, c'est chouette).
Je me suis bien amusée pour le montage du début. Mais bon, en réalité ce n'est qu'une diversion pour mieux vous faire digérer les fautes d'accents, de mots, etc... ^^ (feinteuse ? moi ?)
J'espère que ça vous plaira !




Si vous ne connaissez pas la chanson, je vous conseille d'écouter la version originale :

 

C'est une chanson toute douce, qui donne le sourire et procure du tonus pour toute une journée. On pourrait l'écouter en boucle sans se lasser :).


En bonus, parce que vous avez été sages, une photo que j'ai retrouvé dans les archives de mon ordinateur et qui date de l'époque bénie où j'étais haute comme une pomme et demie.



J'aime cette photo, l'atmosphère qui s'en dégage, les couleurs, la situation même. C'est adorable :).

Passez une bonne journée !
Julie
MA VIE EN CE MOMENT
n’est pas très palpitante



  1. Les cours reprennent doucement tandis que les partiels approchent dangereusement. Damned.

  1. Je suis en train de constituer mon dossier pour aller dans un foyer d’étudiantes l’année prochaine. Je n’aurais plus à me soucier du trajet, ce qui me permettra d’avoir plus de temps pour bosser (et donc aussi plus de temps pour tenir ce blog ?). Cool, non ?
  1. Ma soeur débute le marathon des partiels de médecine aujourd’hui. Damned x 4. Je lui envoie plein d’ondes positives, et j’espère être levée à temps demain pour lui faire un calin et l’encourager comme il se doit.
  1. Hier matin, dans le rer A, un jeune homme était assis en face de moi. Il a tout de suite attiré mon regard, non pas parce qu’il ressemblait à Alex Evans en plus chic et en plus parisien, mais parce  qu’il avait avec lui une énorme pochette à dessins. Je ne sais pas vous, mais je trouve ça incroyablement attirant de voir un jeune homme avec une pochette à dessins. Il lui suffit juste de prendre un air un peu torturé pour que je craque ! ahah ;)
  1. Demain je vais chez l’ophtalmo. Elle va sûrement me dire : arrêtez d’aller sur l’ordinateur tard le soir, ça vous bousille les yeux.
Vous voyez, ma vie est absolument palpitante... :)


Julie

































































Quand j'étais petite et que je partais en colonie de vacances, mes parents avaient l'habitude de me confier un appareil photo jetable. J'en ai toujours pris grand soin, et même si j'adorais tourner la manette et appuyer sur le bouton, je faisais très attention à bien gérer le nombre de photos. Chaque cliché devait donc être choisi et parfaitement réussi, d'autant plus qu'il était impossible de supprimer une photographie et de la recommencer si jamais elle était ratée.
Aujourd'hui, toutes ces vieilles photos sont entassées dans un énorme carton dans ma chambre, et de temps à autre, j'aime à les regarder, me remémorant ainsi de vieux souvenirs. J'apprécie tout particulièrement leur texture, leur couleur... Elles sont bien plus belles que les photos numériques d'aujourd'hui, complètement retouchées.
Mes préférées sont certainement celles ci-dessus, prises lors de ma première colonie de vacances. Je trouve qu'elles ont un charme fou.


Bonne nuit !
Julie



Cette année encore, le réseau téléphonique a connu des embouteillages monstres la nuit du premier janvier. Des embouteillages pires que le trafic sur le site de twitter le jour de l'anniversaire de Céline Dion. Paraît que cette année on a même dépassé le record du nombre de sms envoyés. Bon, d'accord, ça ne me paraît pas étonnant, mais pour le coup j'ai assisté à de vrais sms-carambolages. Des sms-carambolages ? Mais oui, vous en avez déjà reçu, j'en suis certaine :). C'est le genre de texto envoyé un peu à l'arrache, et que vous aimeriez ne jamais avoir reçu.
Et croyez-moi, ça dépasse l'entendement c'te affaire des crush-textos.
Alors si jamais vous pensez être concernés par le problème, voici un petit récapitulatif des choses à faire pour réussir vos sms du nouvel an !

- Bannissez le sms "bonne anee", sans accent, mal orthographié, et envoyé à l'arrache à tous vos contacts. Je sais pas, supprimez-moi de vos contacts si c'est la solution, mais l'année prochaine, si je vous y reprends, je vous mettrai à sécher dans mon sèche-linge pour vous apprendre les bonnes manières. Non mais.
Oui oui, je sais, c'est l'intention qui compte. Mais là il n'y a même pas d'intention. Bande de malotrus (mais où va la jeunesse ?).

- Ne jouez pas au poète ou au fayot, surtout quand il s'agit de sms groupés. Parce que oui, ça fait plaisir de lire "je te souhaite une super année à toi, ma meilleure gentille adorable copine", mais ça fait moins plaisir quand on se rend compte que tout le monde a reçu ce même message, plein d'une bonne intention un peu douteuse.

- Oubliez le langage sms. Ce serait dommage que vos amis ne comprennent pas vos messages fayots : "jtador tro sista jte souyèt 1 bon ané & 1 bon santé my best à mwa".

- Si vous avez bien compris la leçon, que faut-il faire pour envoyer des messages du nouvel an réussis ?Vous avez la réponse ? Bravo ! Il faut en effet privilégier les messages simples, mais personnalisés !
Par exemple, parmi les messages que j'ai reçus, celui que j'ai préféré vient de ma prof de harpe :
"très bonne année, Julie, tout plein de musique !". Oui, il y a mon prénom d'indiqué, c'est important ;).


(je précise, l'article est à prendre au 2e voire 3e degré. Mais vous l'aviez compris je suppose ;), d'autant plus qu'en réalité j'ai reçu pas mal de gentils messages sincères :) )


Et pis sinon, j'ai commencé à me remettre vraiment aux séries (mais qu'est-ce-que tu fais de tes journées, Julie ? tu n'es pas censé réviser tes partiels ? chuuuuuut.). Voici missié midames un petit bilan, parce que oui j'aime bien faire des bilans et des listes - et ce n'est pas faute de m'être répété encore et encore que la chose était parfaitement inutile (la méthode Coué ne fonctionne pas sur moi, ahah).

1) Fiiirst one ! : The walking dead




Série tirée d'une bande dessinée

J'entends parler de cette série depuis quelques mois, et voilà, j'ai sauté le pas et j'ai commencé à regarder le premier épisode. Plus précisément, je viens de regarder les 20 premières minutes. Et j'ai déjà peur. Ne regardez pas cette série seul la nuit dans votre chambre avec aucune lumière allumée : c'est une très très très mauvaise idée.
Malgré ça, je veux voir la suite, alors j'essaie de trouver des stratagèmes pour ne pas avoir peur. J'essaie de trouver en quelle matière est fait le décor, je me dis que le maquillage des zombies (parce que oui, c'est une série de zombies et donc ça fait encore plus peur !), blablabla... Et puis je me réconforte en me disant que c'est un mauvais trip d'un gars dans le coma... Oui ? non ? J'y compte bien ! Ne me dites pas la suite (et puis de toute façon je me bouche les oreilles, nanananana ! :p ) !

Et juste pour vous faire frémir avec moi en cette froide nuit d'hiver, voici le trailer :




2) Second one ! : Misfits


Yeaaah ! la série qu'on attendait tant est de retour avec une deuxième saison !
Franchement, ils sont cruels sur E4. Je me souviens de la fin de la première saison : on nous avait laissé pantois devant le cercueil de Nathan, avec l'envie d'hurler : "bande d'idiots, vous partez alors qu'il est vivant ! raaaah !!".
Enfin bref, ça fait du bien de retrouver ces sympathiques héros au caractère bien trempé. C'est la même sensation que retrouver de vieux amis perdus de vue depuis longtemps. Enfin bref, comme j'ai déjà regardé plusieurs épisodes de cette nouvelle saison, je peux dire que j'aime beaucoup le tournant plutôt "science-fiction" (mais toujours n'importe quoi) empruntée par la série. D'ailleurs, je ne sais pas pourquoi, cette nouvelle dimension me fait un peu penser aux aventures de Thorgal que je lisais quand j'étais petite... :)
Les épisodes sont plus longs que pour la saison 1 (60 minutes contre une quarantaine de minutes avant) mais sincèrement, on ne voit pas passer le temps. Je vous conseille vivement cette série ! :)

Simoooooon !! (cri du coeur, je n'ai pas pu me retenir, désolée).

Et pour finir,

3) Third one ! : Skins


Skins revient fin janvier avec une cinquième saison et avec des acteurs tous beaux tous neufs comme des sous neufs. Tralala.
J'ai hâte de regarder ne serait-ce que le premier épisode. Rien que pour jauger le niveau des acteurs ainsi que leur potentiel d'accrochabilité (nouveau mot pour dire : possibilité de devenir accro à un personnage). D'après ce que j'ai lu, la production de Skins souhaiterait revenir aux sources de la série afin de réaliser des épisodes plus comiques que ceux, très noirs, de la saison 4. On verra dans un mois si le pari a été respecté. Si c'est le cas, chapeau, parce que ce n'est pas chose facile !

Je suis un peu sceptique par rapport à l'actrice Dakota Blue Richard, qui a joué dans "A la croisée des Mondes". J'espère qu'elle me prouvera que j'ai eu tort de ne pas croire en elle !
Quant aux autres acteurs, j'ai toujours trouvé très judicieux le choix de la production de ne prendre que des inconnus. Cela lance ainsi la carrière de jeunes pousses très prometteuses, et bien souvent au physique atypique (d'habitude, le physique compte beaucoup pour les acteurs de séries ! ce n'est pas moi qui vous le fais découvrir, je suppose ;) )

Voilà le trailer :





Depuis quelques minutes, les oiseaux se sont mis à siffler doucement. Je les entends de ma chambre. C'est juste magique. Je ne les avais pas entendus depuis l'été dernier. *_*
Il faut vraiment que je reste plus longtemps debout la nuit moi. Rien que pour entendre le chant des oiseaux et écouter la maison vivre et craquer pendant que tout le monde dort.

Des poutous !!