Julie


Cet après-midi - début de soirée, j'ai fait un babysitting. J'ai gardé un petit garçon du nom de H., qui est absolument adorable. Seulement, ses paroles laissent parfois perplexe...

En rentrant du centre aéré :

H - Tu sais ?
Me - Non ? Raconte moi.
H - Quand mes parents seront morts et que moi je serai pas mort mais vivant, je vivrai dans une maison et je pourrai faire tout ce que je veux.
Me - Ah ? (un peu interloquée, et ne souhaitant pas relever le début de phrase :) Mais quelles choses feras-tu à ce moment-là ? Et où comptes-tu habiter ?
H - Bah j'habiterai là où j'habite maintenant.
Me - Ah ? Dans ton appartement ? Et tu y vivras seul ?
H- Bah non ! En fait, je serai très triste parce que mes parents seront morts, et donc pour me consoler j'irai leur faire un câlin tous les soirs. Un gros câlin, hein ! Et je pleurerai beaucoup aussi, parce que je serai très triste, et même que quand je serai mort, on verra encore mes yeux tout plein de larmes.
Me - Euh... 
H - Et puis je voudrais cette voiture-là quand je serai grand ! (désignant un modèle tout pourri).

Et ça y est, il a ensuite embrayé sur un autre sujet.

J'imagine le gamin gardant ses parents morts dans une pièce de sa maison et allant leur faire un câlin tous les soirs... Glauque. En tout cas, le fait qu'un enfant de 4 ans me parle soudainement de ses parents morts m'a interloquée. J'imagine qu'au centre aérée les discussions ont dû un peu dévier, l'amenant à se poser des questions particulières. Ou bien alors il s'agit de son cheminement intérieur qui l'a amené à se poser des questions sur son futur et sur le moment où il aurait à se détacher de ses parents. Ou alors il est torturé, mais je préfère ne pas envisager cette réponse. 


Plus tard, alors qu'on jouait au mécanicien (oui oui, on a des jeux passionnants !) :

Me - Bonjour monsieur le mécanicien ! Je vous appelle parce qu'une des roues de ma voiture a un problème : je crois qu'il faut la changer.
H - D'accord, d'accord ! j'arrive ! (il se met une casquette de mécanicien sur la tête) Bonjour, bonjour !
Me - Bonjour, merci d'avoir fait aussi vite ! Alors, comme vous pouvez le voir, cette roue-là a un problème, elle est toute raplapla ! Je crois qu'elle est crevée.
H - Oh, ben c'est pas très grave. (Il ouvre le pseudo capot) Tu vois, il faut juste prendre le moteur, attention c'est chaud, puis le mettre à la place de la roue, et ça y est, le problème est réglé !!
Me - Ah... ben merci.

Bizarrement, je crois que je ne le laisserai pas bricoler ma voiture pour de vrai, hein.

4 Responses
  1. MaDVS Says:

    AH AH excellent j'adore XD je vois bien le petit garçon totalement psychopate "Dis moi Julie? quand tu seras morte je pourrais manger tes vêtements et me faire un casque avec tes os <3? "


  2. Etant moi-même maman, je n'ose imaginer que mon fils(2ans et demi)puisse me pondre un truc pareil...entre cynisme et lucidité morbide, ces paroles sont désormais très touchantes.Mais c'est vrai que je ne peux m'empêcher de penser comme toi...aux parents, genre...empaillés!Très hitchkockien le petit H.!!!Ah, l'imagination des petits est sans limite parfois!
    Ton blog est génial, j'adore son côté décalé, non conformiste, et son humour.Le post précédent, sur le mascara, m'a fait beaucoup sourire!Bravo pour tes petits dessins, trop mignons!
    Et merci pour ton gentil commentaire, je deviens un de tes membres et t'invite, si tu le souhaite, à en faire autant!Voilà, ma tartine est finie! ;)
    Au plaisir de te lire...
    :)
    Eugénie
    http://inblogwitheugeniebaby.blogspot.com/


  3. C' Says:

    Il est juste trop chou mais legerement flippant aussi xD
    Julie fais attention tu te mets à jouer les psy' :p

    T'as quand ême toujours le don de tomber dans des situations assez spéciales, y a qu'à toi qu'un enfant cet age peut dire un truc pareil xD

    Bisous


  4. Julie Says:

    @ MaDVS : En lisant ta réponse, je n'ai pu m'empêcher d'avoir un rire nerveux. Tu as le don de rassurer les gens, hein ! C'est du joli ;)

    @ Eugénie Baby : Merci pour tes compliments :). Ça y est, je me suis ajoutée à tes membres ! Pour en revenir à H., oui, effectivement l'imagination des petits est sans limite ! Mais bon, ce sont ces petits bouts de chou qui illuminent aussi notre journée, donc on va pas s'en plaindre :).

    @ C' : je me mets à jouer les psy' xD. Je sais pas, j'essaie juste de trouver des raisons pour mieux comprendre ses paroles. Habituellement, c'est aux alentours de 5-6 ans que les enfants commencent à poser des questions sur la mort, à évoquer ce sujet. Seulement, H. a 4 ans, et ses paroles m'ont tout de même étonnées. Voilà. J'espère en tout cas que ce n'est pas le fait de me voir qui lui a inspiré le sujet hihi. Bisous mon petit phospholipide !


Enregistrer un commentaire

A la pêche aux idées farfelues... !