Julie










Issus de la glaise et nés pour être glaise, ils se relèvent, courageux dans leurs malheurs, malheureux dans leur courage, maudissant cette nature trop violente qui leur a tout pris, et qui leur prendra tout encore. Et dans leur mort se joignant à cette terre meurtrière qu'ils ont trop aimée, mal aimée, ils se drapent dans leur dignité, entamant la litanie d'un peuple ravagé.

Et j'écoute cette litanie, la sens passer à travers tous mes pores. Ô peuple meurtri, en ton malheur je communie.


Source de ces magnifiques photographies
9 Responses
  1. MaDVS Says:

    si le texte est de toi, c'est brillant


  2. C' Says:

    On voit que tu as lu Cohen ces derniers temps ... le style du texte que tu as ecrit ... juste magnifique et juste realiste ... rien a rajouter tu as tout dit ...


  3. Julie Says:

    @ MaDVS : Oui, le texte est de moi. Merci ! :)

    @ C' : Quand on lit Cohen, on s'imprègne de sa manière d'écrire... Mais les personnes les plus perméables sont celles qui n'ont pas de style préalable (moi). Toi par exemple, tu ne seras sûrement pas influencée car ton style est déjà marquée, bien défini, et d'une beauté redoutable.


  4. Julie Says:

    ton style est déjà marqué, pardon


  5. C' Says:

    Si moi je suis une copiste, je m'imprègne de ce que je lis ... XD mais bon je ne sis qu'une pale copie des originaux ... toi par contre so style t'a influencé et tu le manies avec grâce ... c'est juste magnifique ce que tu fais des mots ...


  6. Julie Says:

    @ C' : Bon, dans ce cas, merci beaucoup =D !


  7. MaDVS Says:

    je n'ai rien à dire d'autre que "c'est magnifique" autant le texte que le message, tu fais preuve d'une implication telle que j'ai honte de n'avoir rien posté de tel XD
    un peu de sérieux le sujet est grave U_U
    ps:en un mot, bravo
    pps:à quand d'autres histoires de H?


  8. j'aime bcp ton blog !


  9. Kitschmoog Says:

    La planète aura toujours le dessus sur l'homme et c'est là où il faut méditer sur le grain de sable que nous représentons sur l'humanité...
    Les politiciens devraient encore réfléchir une fois de plus ... Les tsunamis, les catastrophes naturelles n'ont vraiment pas de frontières sur les propriétés terrestres. Mais dans ce cas il devient difficile de trouver les mots pour de tels maux. Bravo pour ce joli message, je compatis. Espérons que celà se reproduira le moins possible ou plus jamais de la sorte.


Enregistrer un commentaire

A la pêche aux idées farfelues... !